À vous la parole – “J’ai suivi le cours Corps, sexe et culture”

Can you introduce yourself ?

My name is Asya. I am a foreign student that came to France to complete her studies. I am currently in second year biology.

Pouvez vous vous présenter ?

Je m’appelle Asya. Je suis une étudiante étrangère venue en France pour poursuivre et compléter mes études. Je suis actuellement en 2e année de biologie.


What is the course Body, sex, culture about ?

For our second year, our university gives us the option to choose from a list of elective classes that are not necessarily linked to our scientific studies. After a thorough search through the list, I came across Corps, Sexes et culture.

This elective, through a sociological approach, defined gender differences; our topics extended from what it meant to be feminine or masculine, through the approach to gender studies within the history of sports, to sexual violence or the level of harassment that women underwent nowadays. My curiosity was spiked many times and I even had the urge to react to what was being said on numerous occasions. Our teacher, Mr. Liotard, expertly led us through four themes that took different approaches to the subject.     

For the first time in my studies I participated in an interactive class that did not have a scientific subject but a sociological one. Although we were several hundred in a big amphitheater, several exchanges took place, in the form of short debates, whenever our teacher, Mr.Liotard, pushed us to question norms or misconceptions about our society. It was awing to see how a lot of us had opinions and ached to express them. We talked about actual experiences to theoretical situations. What I appreciated most was that if the conversation led to a different outline from what Mr. Liotard had prepared, he never bothered to stick to it but instead went with the flow and shaped the class according to our questions. It was the first time I actually felt the students and exchanged with them instead of only being present and taking notes.

De quoi parle le cours Corps, sexe et culture ?

En 2e année, l’université nous demande de choisir une option à partir d’une liste de cours pas forcément liés à notre parcours. Après avoir parcouru toutes les possibilités, j’ai opté pour le cours Corps, sexe et culture.

Cette option, au travers d’une approche sociologique, traite des différences de genre ; nous avons abordé plusieurs thèmes notamment les significations des termes féminin et masculin, les études de genre dans l’histoire des sports, les violences sexuelles et le harcèlement sexuel que les femmes vivent au quotidien. Ma curiosité à été piquée à plusieurs reprises et j’ai eu l’occasion de réagir en cours à de maintes reprises. L’expertise de M. Liotard, à travers ces 4 thèmes, nous a permis de comprendre différentes manières d’approcher le sujet.

Pour la première fois dans le cadre de mes études j’ai pu participer à un cours interactif, qui ne traitait pas de sciences “dures” mais de sociologie. Bien que le grand amphithéâtre ait été rempli de plusieurs centaines d’étudiant.e.s, Mr.Liotard en privilégiant les échanges sous la forme de courts débats, nous a poussé.e.s à remettre en questions les normes et idées reçues de notre société. Il était impressionnant de constater que beaucoup d’entre nous avaient des opinions sur ces sujets et avaient envie de les exprimer. Nous avons abordé aussi bien des expériences de terrain que des théories et des concepts. J’ai particulièrement apprécié l’ouverture d’esprit de M.Liotard qui ne conservait pas un plan de cours figé lorsque les échanges prenaient une orientation inattendue mais l’adaptait à nos questions et remarques. C’est la première fois que j’ai eu l’occasion d’échanger et dialoguer réellement avec les autres étudiant.e.s contrairement à un cours plus traditionnel qui consiste essentiellement en la prise de notes.

What did you learn ? What surprised you the most ?

Well, I don’t want to spoil anything because I think if anyone is intrigued by this topic they should go experience it the way I did, but I can honestly say that this class led me to question a lot of things I had taken for granted and pushed me to want to act about some problems presented in class, mainly about sexual violence and harassment.  

Qu’avez vous appris ? Quels points vous ont le plus surprise ?

Je ne veux pas “spoiler” car si vos lecteurs ou lectrices sont intéressé.e.s par ces sujets il faut qu’ils/elles puissent le découvrir de la même façon que j’ai eu la chance de le faire. Je peux dire en toute honnêteté que ce cours m’a conduite à questionner beaucoup de mes certitudes et m’a donné envie de réagir aux problèmes dans des projets traitant de la lutte contre les violences sexuelles et le harcèlement.

Does this course still have an impact on your everyday life ?

Honestly, I have started spotting and picking out a lot of behavioral stereotypes that I come across in everyday life. The simplest example to this is I constantly observe one particular behavior that we evoked in class: man-spreading. And since my raised awareness, I go and sit right next them, in order to make them realize they are taking up an inappropriate amount of space in a common area.

Furthermore, a lot of phrases that would have passed me by come to my attention in conversations. For instance: “because she is a girl” or “isn’t that what all men do?”. Whenever something of this sort comes up I challenge the person to say out loud why they use such an injunction. It usually turns into a very interesting topic of conversation.

Quel a été l’impact de ce cours sur votre vie quotidienne ?

Je suis plus attentive aux comportements stéréotypés dont il m’arrive d’être témoin dans ma vie de tous les jours. Un des exemples les plus évidents : j’observe quotidiennement en classe la notion de manspreading. Depuis que je suis sensibilisée à ces questions je m’assois à côté d’eux pour leur faire prendre conscience de leur appropriation de l’espace public.

De plus, je note beaucoup de phrases du quotidien. Par exemple : “parce que c’est une fille” ou “n’est ce pas le propre des hommes ?” Quand j’entends ce type d’expressions j’essaie de demander à la personne qui les prononce d’où lui viennent ces injonctions. Généralement cela génère une conversation intéressante.

You said you wanted to be involved in some Lyon 1’s projects about fighting sexual harassment and violence, how will it take place ?

Well, it is true that my impulse was to establish contact with M.Liotard to learn if I could actively take place in any project. Although a lot of actions may be taken alone, I do think I need someone more experienced in this area to guide me especially in such a sensitive project. I think one thing that can improve is to get more students involved in such projects, and not have them reach that only if they take an elective class. 

Vous avez souhaité vous impliquer davantage dans des initiatives de l’université Claude Bernard Lyon 1 concernant ces sujets. Quelle forme cela va-t-il prendre ?

Ma première réaction a été de prendre contact avec M.Liotard pour m’informer comment m’impliquer dans des projets sur ces sujets. Bien qu’il soit possible d’agir à titre individuel, je bénéficierais volontiers de l’expertise de personnes plus expérimentées sur des questions aussi sensibles. J’aimerais pouvoir encourager mes camarades étudiant.e.s à s’impliquer davantage sur ces questions et à ne pas s’en préoccuper seulement dans le cadre d’un cours en option.